Biographie

Né dans une famille d’artistes, Dominique Corbiau aborde la musique dès l’âge de quatre ans par l’apprentissage du piano. Il s’initie plus tard à la flûte traversière et au violoncelle mais c’est dans le chant qu’il trouve son plein épanouissement. Attiré depuis toujours par la période baroque, c’est naturellement qu’il décide de travailler sa voix de contre-ténor

Après un passage au chœur d’enfants de la Radio-Télévision Belge, il est admis au Conservatoire de Musique de Liège et poursuivra ensuite sa formation au Conservatoire de Musique de Mons qu’il a brillamment quitté en juillet 2001, récompensé de trois Premier Prix: Chant Concert, Musique de Chambre et Chant Opéra. En 2003, il obtient également un Premier Prix d’ Art Lyrique au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.

Depuis 1994, Dominique Corbiau se produit en concert dans des lieux prestigieux aussi bien en Belgique qu’à l’étranger et en compagnie de nombreux ensembles et orchestres dans un large répertoire allant de la musique ancienne aux créations de musique contemporaine en passant par l’opéra et la musique de film: Capella Savaria (Hongrie), Orchestre de Chambre de Waterloo (notamment en 1999 au Palais des Beaux Arts de Bruxelles), Piacevole, Oratorio (au Théâtre des Martyrs de Bruxelles), Orchestre Salieri, Musica Parlante (pour le Printemps Baroque du Sablon à Bruxelles), Le Florilége Musical, Laudantes Consort, Orchestre Symphonique de Sofia (notamment au Kolarac Hall de Belgrade et sur la Rambla de Figueres, ville natale de Salvador Dali en commémoration de l’anniversaire du peintre), Les Solistes de Moscou (Festival de Pietrasanta, Toscane, Italie), Orchestre de Picardie, Salle Gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles,Théâtre du Vaudeville Bruxelles), Théâtre de La Balsamine (Bruxelles), Ambassade des Etats-Unis (Bruxelles), Musée du Cinquantenaire (Bruxelles), Maison d’Erasme (Bruxelles), Aula de l’Université de Leiden (Pays-Bas), Salle Haydn au château Eszterhazy (Hongrie), Flagey (Bruxelles), Musées Royaux des Beaux Arts de Bruxelles (avec la comédienne Jacqueline Bir, dans le cadre de la campagne « Amnesty International »), Palais des Académies (Bruxelles, en compagnie du pianiste Daniel Blumenthal), Grand Place de Bruxelles (Ommegang 2006-2013, grand spectacle d’hiver en décembre 2008…), Opéra de Paris(Bastille, lors de l’ouverture du troisième congrès mondial pour l’abolition de la peine de mort), Grande Salle du Conservatoire Royal de Bruxelles notamment pour la création des « Chants de Casanova » cantate pour contre-ténor, choeur et orchestre de Michel Lysight, Ambassade de Belgique près le Saint-Siège (Rome), Eglise Saint-Julien des Flamands (Rome), Teatro Castro Alves( Salvador de Bahia,Brésil), MOMA (New York), Philharmonie de Czestochowa et de Szczecin (Pologne),…

Sous la direction de Guy Van Waas, Dominique Corbiau a chanté les parties d’alto soliste dans plusieurs oratorios de Bach dont « La Passion selon Saint-Jean », « Le Magnificat » et « L’Oratorio de Pâques ».

A la scène, Dominique Corbiau a abordé les rôles d’Amore dans L’Incoronazione di Poppea de C. Monteverdi, Apollon dans la Dafne de A. Caldara, Tebro dans la Serenata « O come chiare e belle » de G.F. Haendel, Tirsi dans un Pasticcio du même Haendel « Lo scapolo seduto », Arianna dans l’« Arianna a Naxos » de J.Haydn (compagnie« As Palavras », Claudio Bernardo) et le Rossignol dans une adaptation pluridisciplinaire du conte d’Andersen mis en scène par G.Alloing et mêlant l’opéra, le théâtre (Jacqueline Bir), le théâtre d’ombres (I.Vandermeersch et A. Delval) et la musique (J.Jadin et I.Procureur).

En 2008, le grand public le découvre grâce à « Memoria », un album de pièces originales, fruit de sa collaboration musicale avec le compositeur français Cyril Orcel. Très attentif à valoriser l’aspect créatif de sa profession, Dominique Corbiau conçoit régulièrement des spectacles au visuel soigné et créant la plupart du temps une passerelle entre les différentes disciplines artistiques. C’est dans cet esprit qu’il fonde l’ensemble « Sferarte » récemment rebaptisé « La Camerata Sferica » et« Sferartefact », sa propre compagnie qui propose une large palette de créations allant du petit opéra baroque en costumes d’époque aux productions plus contemporaines mêlant musique, art plastique, théâtre ou danse et qui sont le plus souvent inspirées et nourries par des rencontres et des échanges entre artistes d’horizons différents  (Nuit musicale de Beloeil et de Seneffe, « Lo Scapolo Seduto » pasticcio de G.F.Haendel au Théâtre du Vaudeville à Bruxelles, « Le Rossignol » d’après Andersen avec Jacqueline Bir, « L’Amour Sorcier » de Manuel de Falla également avec Jacqueline Bir à la Bibliothèque Solvay à Bruxelles, « Quartédrale » retable concertant sur des oeuvres vocales sacrées d’Antonio Vivaldi et l’univers pictural du peintre Camille De Taeye à la Cathédrale de Tournai, « Cantico » sur le « Cantique des créatures » de Saint-François d’Assise mis en musique par Jean Jadin et illustré par des oeuvres de Jean-Michel Folon…).

En octobre 2015 Dominique Corbiau se rend au Japon (Tokyo) pour une série de récital en compagnie de la claveciniste japonaise Sumina Arihashi et il s’y produit à nouveau en ocobre 2016 accompagné cette fois par l’excellente claveciniste Mayako Sone.

Durant l’été 2015 Dominique Corbiau participe au prestigieux « Festival de Pietrasanta » en compagnie des « Solistes de Moscou » sous la baguette de Michael Guttman et en Janvier 2016 il fait ses début avec l’Orchestre de Picardie (J.S Bach, cantate BWV 170) dirigé par le chef néerlandais Arie van Beek.

Dominique Corbiau travaille actuellement sur la création de son nouveau spectacle, « Les Fruits du Monde », un seul en scène musical inspiré par les voyages du castrat Filippo Balatri.

Profano e Sacro, son dernier  album en compagnie de l’ensemble » La Cetra d’Orfeo » dirigé par Michel Keustermans et consacré aux airs d’opéras et d’oratorios d’Alessandro Scarlatti a suscité l’enthousiasme de la presse autant que du  public.