Les Arcades équivoques

Christine de Suède ou Les Arcades équivoques.

CONFIDENCES BAROQUES D’UNE REINE EN EXIL…

20190829_001359

(Photo:José-Noel Doumont)

Le soir du 12 février 1679 c’est la cohue au théâtre du Collegio Clementino pour la première de « Gli Equivoci nel sembiante » d’Alessando Scarlatti, l’opéra interdit dont tout le monde parle à Rome. Grande protectrice des arts et férue de musique, la sulfureuse Reine Christine a pris sous son aile Guiseppe Fede, l’un des meilleurs chanteurs de la Chapelle Sixtine. Grâce à elle il triomphe sur scène  dans le rôle principal s’attirant ainsi les foudres du Pape. Quelques jours après le scandale des ces représentations ,  Guiseppe  est convoqué par la Reine au Palais Riario car cette dernière  souhaite réentendre en privé certains des airs qui on fait le succès de l’opéra. La voix du castrat s’élève dans les salons du palais et, de souvenirs en confidences, Christine de Suède se raconte le temps d’une soirée musicale au coeur de la cité éternelle.

Distribution

La Reine Christine : Ingrid Heiderscheit

 

20190829_001610(Photo:José-Noel Doumont). Titulaire d’un Master en Histoire (ULG 96) et diplômée du Conservatoire Royal de Liège (98), Ingrid Heiderscheidt est comédienne depuis. Elle joue dans Subutex (étapes de travail) m.sc Charlotte Villalonga, a notamment joué dans Macbeth m.sc. Georges Lini, Apocalypse Bébé m.sc Selma Alaoui, Cendrillon m.sc. Joël Pommerat, Le Chagrin des Ogres m.sc. Fabrice Murgia, Trop de Guy Béart tue Guy Béart m.sc. Jean-Michel Frère (co-auteure), En attendant Gudule m.sc. Virginie Strub, Le Sabotage Amoureux m.sc. Christine Delmotte…Au cinéma, on a pu la voir dans Saint-Cyr de Patricia Mazuy aux côtes d’Isabelle Huppert, La sage-femme de Martin Provost, Faut pas lui dire de Solange Cicurel, Bienvenue à Marly Gomont de Jérôme Rambaldi, Je suis supporter du Standard de Riton Liebman, Kill me please de Olias Barco, ça rend heureux de Joachim Lafosse, Ultranova de Bouli Lanners,… Dans plusieurs court-métrages primés en festivals internationaux, dont Calamity de Séverine De Streyker et Maxime Feyers (11 prix d’interprétation), Osez la Macédoine de Guérin Van de Vorst (co-auteure + 1 prix d’interprétation),… Elle a récemment réalisé son premier court-métrage La meilleure manière.

 

Guiseppe Fede : Dominique Corbiau, contre-ténor

Conception, écriture et mise en scène : Dominique Corbiau

Costumes et decors : L’Atelier éphémère Martial de Selva

Lumières : Gilles Brulard

Son : Jean-François Lejeune

 

Accompagnement musical  par La Camerata Sferica :

Shiho Ono, violon

Blanca Prieto, violon

Laura Pok, flûte à bec et viole de gambe

Ariane De Bièvre, traverso et percussions

Corentin Dellicour, violoncelle

Emi Shiraki, harpe

Holvoet, théorbe et guitare baroque

Katsufumi Suetsugu, clavecin

Durée du spectacle : 75 min